Le Grand et le Petit Laoucien

Publié le Catégories * 83Mots-clés , , , , 9 commentaires sur Le Grand et le Petit Laoucien

Un phénomène géologique étrange

Le Grand LaoucienDans le sud de la Provence verte, dans la vallée de l’Issole, entre La Roquebrussanne et Garéoult, dans le département du Var, on peut observer deux étranges formations géologiques appelées « Grand et Petit Laoucien ».

D’après papyfred de Géoforum, « laoucien » (avec un c et non pas avec un t comme on le voit écrit parfois) proviendrait de lau (prononcer laou), qui signifie lac en provençal et de cien-ciencho un qualificatif signifiant contenu, enclos. Un laoucien est donc « un lac enclos ». Pourquoi enclos ?

Lorsqu’on découvre le site du Grand Laoucien pour la première fois, on est frappé par la présence de cet énorme trou au milieu de la campagne dont rien ne permettait de supposer l’existence. Le fond de ce trou étant rempli d’eau, on a l’impression de voir un lac enfermé par de hautes parois formant une sorte de cratère.

Des lacs de dolines

Le Grand LaoucienEn réalité, il n’en est rien et les deux Laouciens ne doivent rien à un quelconque phénomène volcanique. Le bassin de la Roquebrussanne est une vaste dépression, entourée de massifs calcaires et dolomitiques (Massif de l’Agnis, Montagne de la Loube, Pilon de Saint-Clément). Cette dépression est le résultat de l’évidement au cours de l’ère Tertiaire de terrains remontant au Trias. Ces terrains, fortement plissés, sont constitués de calcaires et de dolomies comme les massifs environnants mais aussi de marnes et d’argiles avec des lentilles de gypse et d’anhydrite. La dissolution de ces roches sulfatées produit des effondrements.

Le Grand LaoucienLa présence dans la région de sources riches en sulfates et en chlorures témoigne de cette dissolution (source Saint-Médard près de Garéoult). Elle se traduit par des phénomènes d’effondrement subits. Ce phénomène n’est pas localisé à la région de la Roquebrussanne. On en trouve dans tout le département du Var (dolines des Pesquiers, clapes de la vallée de la Nartuby, Gourgs Bénis à Bras, etc).

Situées au pied de la Montagne de la Loube, le Grand et le Petit Laoucien sont deux dolines d’effondrement dues à la présence dans le sous-sol de cavités instables résultant de la dissolution du gypse et du sel contenus dans des couches géologiques datées du Trias moyen (appelé aussi Muschelkalk wikipedia anglais).

La particularité des laouciens est que la cavité résultant de l’effondrement des couches sédimentaires s’ouvre sur la nappe phréatique au lieu de se contenter d’engloutir une maison ou d’avaler une portion de route comme cela arrive parfois.

Continuer la lecture de Le Grand et le Petit Laoucien

©copyright randomania.fr

Le Cousson, la montagne préférée des Dignois

Publié le Catégories * 04Mots-clés , , , Laisser un commentaire sur Le Cousson, la montagne préférée des Dignois

Une montagne, deux sommets

 

Le Cousson est la montagne préférée des Dignois. D’après Jacques Teyssier, Cousson viendrait du latin cossonus (coussoun en provençal) qui signifie « écuelle de bois dont les bergers se servaient pour traire le lait et pour boire. » Cette étymologie est fort probable car les pentes du Cousson sont depuis la nuit des temps un lieu de pâturage.

Le Cousson a la particularité de posséder deux sommets : le sommet nord qui culmine à 1516 mètres, appelé Podium Regalé dans un document de 749, et le sommet sud, 1511 mètres d’altitude, qu’on appelle parfois le sommet signal depuis que l’Institut Géographique National (IGN) y a installé une borne géodésique. Entre les deux sommets, on trouve à l’ouest l’Ubac des Estourons et à l’est le vallon de Richelme riche en sources.

La flore et la faune du Cousson

A la fin du XIXe siècle, le Cousson était pratiquement nu et déboisé du fait d’un essartage excessif et du surpâturage. Le reboisement a été fait dans le cadre de la loi de 1860 sur le reboisement des montagnes remplacée en 1882 par la loi sur la Restauration des Terrains de Montagne. Sur les pentes nord, on trouve aujourd’hui la forêt de Gaubert formée de chênes laissant la place à des hêtres à partir de 1000 mètres. On y trouve aussi des pins noirs d’Autriche et des pins sylvestres. A partir de 1400 mètres, c’est le domaine du mélèze. Au sud, les pentes sont couvertes de landes de genêts ou de buis. Les anciens champs des Hautes Baties et du vallon de Richelme ont été reboisés avec des merisiers et des noyers. Un magnifique séquoia s’élève près de la maison forestière.

A la base du Cousson, sur les versants nord, les derniers oliviers marquent la limite de l’étage méditerranéen. Vers 1400 mètres, les mélèzes marquent l’étage subalpin. Entre les deux, les hêtres, aujourd’hui replantés, sont représentatifs de la forêt originelle. Sur les versants sud, l’exploitation agricole et le surpâturage ont fait disparaître les forêts de chênes originelles. Il ne subsiste plus que des landes à genêts sur les calcaires marneux et des landes à buis sur les calcaires à silex. (d’après Georges Bellon)

Parmi les arbustes, citons : le genêt cendré, le buis l’amélanchier, l’érable, le noisetier, le sorbier des oiseleurs, le genévrier, le cade, la coronille, le baguenaudier. Parmi les espèces florales : la lavande, le thym, la sarriette.

La flore alpine est représentée par le raiponce, la globulaire, l’androsace, la petite gentiane, les épervières, les circes, l’aster acre, le tussilage des Alpes, le séneçon doronic, le géranium luisant, l’astragale, le myosotis, la campanule à feuilles rondes, la germandrée des montagnes, les poligales, les primevères, le rosier pimprenelle, les saxifrages, les joubarbes, les oeillets, les scabieuses.

La faune aviaire comprend la corneille, le coq de bruyère et la perdrix grise. Les mammifères sont représentés par les sangliers et les chamois que l’on peut apercevoir de façon épisodique.

Continuer la lecture de Le Cousson, la montagne préférée des Dignois

©copyright randomania.fr