En suivant la Route Cezanne, route classée

Publié le Catégories * 13Mots-clés , , , , , Laisser un commentaire sur En suivant la Route Cezanne, route classée

Photo à la une : archives Méjanes 13, 6 Fi 9809 – Environs d’Aix-en-Provence : route du Tholonet, Société Editions de France, 1951.
— Cliquer sur les images pour les agrandir —

En installant son chevalet pliant et portatif dans la campagne aixoise, Paul Cezanne a peint les routes qui la sillonnent : la route de Valcros qui mène chez sa sœur et au bord de l’Arc depuis le Jas de Bouffan, le chemin des Lauves au-dessus de son atelier, et la route du Tholonet qu’il emprunte régulièrement toute sa vie, soit à pied, soit en calèche pour se rendre vers Château Noir et le plateau de Bibémus. Là il plante son chevalet dans les sous-bois épais qui le protègent des regards indiscrets.

De grands esprits, artistes, poètes, philosophes, se sont, au cours des temps, épanouis en ces lieux. Paul Cezanne bien sûr et ses amis Émile Zola, Baptistin Baille, Philippe Solari, Aurélien Houchard, Joseph Ravaisou et Louise Germain mais aussi à sa suite, Fernand Pouillon, Maurice Blondel, Léo Marchutz, André Masson, Pierre Tal-Coat, Jacqueline de Romilly, Pierre Teilhard de Chardin, Jacques Duby et bien d’autres encore.

Peintres et écrivains de la Route Cezanne

C’est en hommage à l’œuvre de Paul Cezanne que, par décret du 17 juillet 1959, le Ministre des Affaires Culturelles, André Malraux a classé « La Route Cezanne » au patrimoine, celle-ci étant alors la seule route classée de France. Pour retrouver les motivations profondes de cette aventure, il faut rappeler les liens amicaux de politique et de culture entre André Malraux et André Masson, leur goût commun pour les arts en général et la peinture en particulier.

Grâce à l’extraordinaire beauté de ses paysages, ce site protégé, devenu en 2016 « Site Patrimonial Remarquable », est connu du monde entier et participe au rayonnement culturel de notre pays.

La petite route du Tholonet

Dans son ouvrage Route Cézanne, route classée, Guy Ballossier nous propose une rencontre avec la Route Cézanne ; il nous invite à suivre les traces du grand maître, à reconnaître et approcher quelques-uns des points de vue de ses célèbres paysages dans leur cadre naturel.

Route Cézanne, Route classée, Ballossier (Guy), Éditions Flâneries, 2009

Ce livre est aujourd’hui épuisé mais on peut le consulter à la bibliothèque Méjanes et aux Archives Vovelle (E-book à venir). Cet article, qui reprend l’esprit de l’ouvrage  permettra de découvrir, en flânant comme le proposait Guy Ballossier, la richesse patrimoniale et les curiosités du parcours.

Panneau réalisé par François Gilly  pour La Route Cezanne piétonne de 2006 et sa dédicace pour le livre de Ballossier

Continuer la lecture de En suivant la Route Cezanne, route classée

©copyright randomania.fr

Où aller dans un rayon d’1 km (ou 20) pendant 1 h (ou 3) ? l’isochrone de geoportail

Publié le Catégories Tout le resteMots-clés , 2 commentaires sur Où aller dans un rayon d’1 km (ou 20) pendant 1 h (ou 3) ? l’isochrone de geoportail

COVID-19 : nous voilà confinés pour plusieurs semaines avec l’autorisation de circuler dans un rayon de 1 km (ou 20 km) autour de notre domicile, pendant une heure seulement. Geoportail va nous aider. Depuis la parution de cet article, l’IGN a publié le cercle autorisé à vol d’oiseau autour d’un point.

Calcul de la distance max d’1km autour de chez soi

On peut s’attendre à un cercle dont le centre serait le point choisi, votre domicile. Pour ceux que cela intéresse, voilà comment j’ai procédé dans ma feuille de calcul :

  • je suppose qu’il est possible de réduire la zone à un plan (erreur max constatée 2 m) ; pour chaque point du cercle on a un triangle rectangle d’hypoténuse 1km

  • je calcule les côtés du triangle en km ; l’un des côtés correspond à la différence de latitude entre le point de départ et le point du cercle ; l’autre correspond à la différence de longitude ;
  • je convertis les longueurs en degrés avec les règles suivantes :
    • sur le méridien, 1° de latitude équivaut à 40000/360 km
    • sur le parallèle (plus on va vers le nord, plus il est petit, maximum à l’équateur, minimum aux pôles), 1° de longitude dépend du cosinus de la latitude du lieu de départ. Pour Aix-en-Provence 80 km environ
  • je les ajoute aux coordonnées du point initial pour obtenir les coordonnées des points du cercle
  • je construis puis transfère les coordonnées dans un fichier au format .gpx que j’importe dans geoportail (Mes données / ajouter un import)

Lire de la géo et des maths

(je remarque que celui qui habite Banon a la chance de pouvoir marcher sur les chemins de randonnée !)

Google maps exécute ce cercle très bien mais c’est un dessin superposé à la carte : impossible de récupérer les coordonnées des points pour les afficher sur la carte IGN ; sur une grande distance, le cercle sera approximatif.

L’outil « calcul de l’isochrone » de l’IGN ne calcule pas 1 km à vol d’oiseau mais à pied par la route ou les chemins que de toutes façons, vous emprunterez. Chaque ressource correspond à un profil de vitesses moyennes par type de tronçon de route ou de chemin emprunté donc à pied entre 3 et 5 km/h environ ; cela ne convient pas tout à fait à ceux qui courent.
Si le point de départ est en hors route, le calcul commence à partir de la route ou du chemin public le plus proche : le mieux est donc de saisir l’adresse postale.

geoportail.fr / dans la zone de recherche taper votre adresse ou votre ville / clé à molettes (à droite) / calculer une isochrone / départ (saisir coordonnées ou sélectionner un lieu sur la carte grâce à l’icône de droite)/ isodistance 1 km / cliquer sur le piéton / calculer

La zone retournée par geoportail sera à l’intérieur du cercle puisque les routes sont toujours en distance inférieures à la ligne droite mais ainsi vous n’irez jamais jusqu’aux limites autorisées.

Calcul de la distance en fonction du temps 1 h max

Nous n’avons qu’une heure pour aller et venir ; prenons le cas simple : un aller-retour par le même itinéraire.

geoportail.fr / dans la zone de recherche taper votre adresse ou votre ville / clé à molettes (à droite) / calculer une isochrone / départ (saisir coordonnées ou sélectionner un lieu sur la carte grâce à l’icône de droite)/ isochrone 30mn / cliquer sur le piéton / calculer

La zone délimitée dépasse le cercle : ci-dessus, c’est le cas si je prends la D10 vers le carrefour de Bompard ; il faut donc s’arrêter au cercle.

A noter :

  • sont sélectionnées également des portions de route vers des propriétés privées ; l’outil sert essentiellement à délimiter des zones de livraison à x km du centre d’une ville (zone de chalandise pour un commerçant).
  • ce procédé vous permet de parcourir un maximum de distance dans le temps imparti. Seule difficulté : l’IGN ne propose pas l’affichage du cercle et de l’isochrone, ne sauvegarde pas les isochrones même si on a un compte chez eux ; sans doute un bug de la version bêta.

Pour vous occuper, il vous reste la solution d’imprimer l’isochrone en temps de 30 mn, et dessiner le cercle de 1 km en vous aidant de l’échelle de la carte ou de de l’outil « mesurer une distance » de geoportail pour connaître ses limites.

 

©copyright randomania.fr

Le Hameau du Trou à Saint-Antonin sur Bayon

Publié le Catégories * 13Mots-clés , , Laisser un commentaire sur Le Hameau du Trou à Saint-Antonin sur Bayon

Mise à jour significative du contenu le 17 février 2014

Tous les randonneurs en route pour la Sainte-Victoire en passant par le refuge Cézanne connaissent le hameau du Trou et sa petite chapelle coincée contre un rocher isolé au milieu d’une aire plate, sur le piémont sud de la montagne.  Afin d’être restauré par le conseil général des Bouches-du-Rhône, il a fait l’objet d’un diagnostic archéologique.

Je remercie infiniment Nathalie Molina et Xavier Chadefaux de l’INRAP de m’avoir communiqué ce document de diagnostic qui a servi de base à mes réflexions.

A l’aide de cette étude, de quelques lectures dont un livre édité par les Amis de Sainte-Victoire, je vous propose un essai de compréhension de ce site. Toute personne pouvant infirmer ou confirmer un élément historique peut m’écrire webmaster de randomania : par avance, je la remercie.

Eléments de chronologie historique de Saint-Antonin sur Bayon

Au second âge du fer, la zone du Trou était déjà occupée ; à l’époque gallo-romaine, le site est réoccupé mais rien ne permet d’affirmer qu’il l’a été de façon continue ensuite. A proximité immédiate du hameau, aucun indice de cette occupation n’a été trouvée.

Les vicomtes de Marseille héritent du domaine de Bayle (plateau du Cengle) vers 950  ; ils donnent le castrum de Saint-Antonin aux moines de Saint-Victor ; puis s’y établit la célèbre commanderie templière en accord avec les moines de Saint-Victor.

En 1550, la seigneurie de Saint-Antonin est rachetée par Antoine Donat puis elle passe aux mains de Jérôme Odaly (vers 1550), Louis de Garnier (1650) dont le père avait épousé la dame de Saint-Antonin et de Bayle. Ce dernier payait toujours une redevance au prieur de Saint-Victor.

Liens entre le Trou et l’Ermitage de Sainte-Victoire

  • Une donation de terre effectuée par Gaspard de Garnier, seigneur de Saint-Antonin et Rousset en 1659 au Sieur Aubert [abbé au prieuré] mentionne à plusieurs reprises les textes de la fin du XVIIè s. Il est question d’un

vallon situé au sud de l’Ermitage jusqu’à un grand rocher qui s’étend en pyramide au milieu dud-vallon, le séparant en deux.

La donation précise que

le sieur de Saint-Antonin donne à bail le terrain (…) pour pouvoir, led-Messire Aubert ou ses successeurs aud-hermittage, y planter arbres, y construire tel bâtiment qu’ils trouveront bon.

Il s’agit  des terrains en forte pente situés au sud de la falaise du côté du jardin des moines. Un espace carré d’à peine 100m de côté (mesuré sur carte IGN), avec un rocher en forme de pyramide bien visible depuis la brèche.

    • L’acte de 1674 (ADBdR 301 E 1292) porte sur un territoire cédé par le Seigneur de Beaurecueil et Roques Hautes, le Sieur (Pierre ?) de Cormis, à Aubert, prieur de l’Ermitage Notre-Dame de Victoire.

Il s’agit d’une terre située au quartier des Armellins terroir dudit Roques Haultes d’une étendue de 31 journaux. Cette terre semble proche du domaine de l’Ermitage ; il est question d’un droit de passage par le Bau Rouge pour aller et venir de Vauvenargues. Cet acte autorise aussi la construction de plusieurs bâtiments, à savoir un four à pain, des fours à chaux, un pigeonnier « à cheval », une garenne et enfin, une chapelle. Approximativement, compte tenu que le journal était une mesure fort variable d’une région à l’autre, ou même d’une commune à l’autre, la terre cédée mesurait approximativement 31*0,33ha ± 10 ha.

Plutôt que 31 journaux, il serait préférable d’écrire 30 + 1 car le journal supplémentaire lui est donné en échange de la promesse de dire une messe à l’ermitage, ou dans une chapelle qu’il construirait à Roques-Hautes.

    • Le document de 1681 (ADBdR 4 B 98) est le texte de la donation avortée – faite par le Sieur Aubert à l’ordre des Camaldules – du domaine de l’Ermitage appartenant au territoire du Seigneur de Beaurecueil.

Le texte rappelle le devoir de dire une messe tous les ans dans la chapelle qui doit être faite. Il est clairement écrit que […] ledit Messire Aubert a fait construire une bastide, fait planter des vignes, arbres fruitiers et autres. M. Court, historien de l’Ermitage, propose d’associer la bastide de 1681 au domaine de Riouffé, dont les ruines sont toujours visibles. Il s’appuie pour cela sur une mention de l’abbé Paulet (1905) : « J. Lambert a reçu en louis d’or et en pièces d’argent et autre monnaie de Me Jacques Riouffé, […] la somme de 123 livres » pour une bastide et son affard qu’il a acquis, et auxquels l’abbé Aubert fait référence dans son testament de 1692.

  • Septembre 1682 : Enquête demandée par l’archevêque

Les habitants réclament une chapelle sur leur territoire pour éviter de se rendre au Tholonet trop éloigné. Parfois, ils utilisent la chapelle du château, ce que n’aime pas le seigneur du lieu. L’archevêque ordonne une visite pour compter le nombre d’habitants de Roques-Hautes. La décision de construire une chapelle est prise. Plus de raison que l’abbé Aubert en construise une.

  • 14 novembre 1682 : vente du terrain de Roques-Hautes
    Les limites du terrain sont clairement exposées ; elles n’ont pas changé depuis la création du fief, et ne changeront pratiquement pas ensuite. A l’est, c’est celle des terres du seigneur voisin de Saint-Antonin.

    … confrontant de levant et de midi de long en long terroir du Sr de Saint-Anthonin, et dudit côté de midi le vallat dit de Bayeu, le grand chemin allant d’Aix à Saint-Anthonin entre deux de couchant [ouest] et septentrion [nord] terres dudit sieur de Beaurecueil.

    Le texte précise que 30 journaux [sont] francs de cense et un journal [est] chargé de quinze sols annuellement […] pour tenir lieu et place de [???] la messe que ledit messire aubert s’était obligé […] dire annuellement pendant qu’il jouirait desdits biens.

Aubert s’était engagé à dire une messe à l’ermitage, tous les ans, pour le Sieur de Beaurecueil et son père, en échange de ce 31è journal à Roques-Hautes ; pour pouvoir en jouir,  les futurs acheteurs devront payer 15 sols de cense.

M. Court suppose que la donation du seigneur de Beaurecueil inclut le hameau du Trou mais d’après le texte précédent, cette terre ne lui appartenait pas. Plusieurs indices par la suite le confirmeront :

  • il est écrit clairement que les limites de sa propriété à l’est, ce sont les terres du seigneur de Saint-Antonin ;
  • les états de capitation de Saint-Antonin (et non Beaurecueil) à cette époque ; en 1704, selon J. Ganne, y figurent 8 ‘David’, identifiés comme demeurant au Trou et au Bouquet ;
  • les recensements de population : en 1728, celui de Saint-Antonin inclut le quartier du Trou ;
  • Au début du XVIIIè la commune est très pauvre : 11 maisons habitées en 1728 dont 4 autour du château, 2 au Trou (sans doute les parents de François et Dominique David recensés sur le cadastre napoléonien de 1827), 4 au Bouquet et 1 à Subéroque. Quelques rares tessons plus anciens confirment cette occupation.
  • Puis on retrouve une trace écrite du hameau du Trou sur la carte de Cassini de 1778 ; il figure avec le même symbole que la Coquille ou Genty, c’est à dire comme établissement agricole : les ruines d’habitations, d’un four à pain, de deux puits, de quelques bâtiments agricoles et d’une aire de battage, les restanques, le confirment ; à l’est un lieu nommé Chateau-Vieux (château de Saint-Antonin sur Bayon), au sud Rieufont (sans doute le Riouffé actuel), à l’ouest la bastide de Roque-Hautes représentée comme un château ou une gentilhommière.
  • Pas de chapelle indiquée sur le cadastre de 1827.
  • On retrouve trace officielle des habitants du Trou sur les recensements de 1841, 1846 et 1851 mais pas au delà.
  • M. Court nous apprend que

    dans ce quartier existe une chapelle ruinée, au pied d’un bloc de pierre surmonté d’une croix. On l’appelle ermitage du Trou. Du temps de l’abbé Fissiaux et de la colonie pénitentiaire de Saint-Pierre sise au château de Beaurecueil [ndlr : la colonie a existé de 1853 à 1880], cette chapelle était fréquentée. Elle était dédiée à Notre-Dame des Sept Douleurs, et le père Rousset en fut longtemps le gardien. Il y a accueilli, après 1875, les pèlerins de la Croix de Provence au retour de leur excursion ; elle est donc mentionnée pour la première fois à la fin du XIXè s.

D’après la biographie de Charles Fissiaux, en 1853 le P. Fissiaux demande à l’état une propriété presque inculte à Beaurecueil pour y créer une ferme modèle pour les détenus qui parviennent à y faire pousser de la vigne ; l’abbé Fissiaux, agronome distingué, a reçu la médaille vermeil pour l’ensemble de ses produits en 1857 au concours agricole ; en 1853, le pape daigne approuver les règles et constitutions de l’Institut de Saint-Pierre-es-Liens.

  • L’abbé Constantin qui recense toutes les chapelles rurales des paroisses du diocèse d’Aix à la fin du XIXè ne cite pas cette chapelle : elle n’est donc pas consacrée, sans office religieux ni abbé désigné.

Continuer la lecture de Le Hameau du Trou à Saint-Antonin sur Bayon

©copyright randomania.fr