Les tours de Volonne

Le village et les toursEn arrivant à Volonne après avoir franchi la Durance grâce au magnifique pont à haubans construit en 2006, l’attention du visiteur est attirée par la présence de deux tours énigmatiques qui surplombent le village. Perchées l’une et l’autre sur une étroite crête rocheuse, elles semblent veiller sur le destin des villageois sans que l’on comprenne vraiment comment, c’est à dire que l’on ne devine pas au premier abord quelles ont été leurs véritables fonctions.

La tour de guet

La tourLa plus haute tour aurait été construite au début du XIe siècle. Il y avait à cet endroit une petite construction militaire, un lieu fortifié dont l’unique usage était de servir de point d’observation à une époque où les invasions étaient fréquentes et leurs conséquences désastreuses. Du sommet du piton rocheux, on jouit effectivement d’une vue d’ensemble sur la moyenne vallée de la Durance et l’on comprend aisément que le seigneur du lieu ait pu faire construire cette tour pour parer à toute menace venue de l’extérieur. Une partie de ce système défensif existe encore sous la forme d’un chemin de ronde que l’on peut atteindre à partir de la rue de Vière.

Vestige de la tourAu pied de la tour, du côté est, se trouve une petite plate-forme sur laquelle semble avoir existé une construction. De toute évidence, cette tour était l’élément le plus important de l’ensemble. C’est ce qui explique le soin particulier avec lequel elle a été construite.

Les vestiges de cette tour se présentent sous la forme d’un pan de mur très élevé percé au niveau du sol d’une belle baie romane bien conservée et à mi-hauteur d’une deuxième ouverture de forme rectangulaire dont on ignore la fonction. Les murs en sont très épais et malgré les apparences jouissent encore d’une étonnante stabilité. Cette tour a fait l’objet d’un chantier de restauration entrepris par la mairie de Volonne en partenariat avec la Fondation du Patrimoine.

La tour de l'horlogeNous ne savons pas grand chose au sujet de cette tour. La seule chose dont nous soyons certains, c’est qu’elle était encore utilisée pendant les Guerres de Religion et de la Ligue car une délibération du 27 octobre 1596 nous apprend qu’un petit contingent de soldats y montait la garde. Nous ne savons rien de plus à propos de l’histoire de cette tour qui se dresse pourtant sur son promontoire rocheux depuis près de mille ans !

Chaque fois que l’histoire est prise en défaut, les légendes et les récits les plus fantaisistes prennent le relais. Ainsi, on a prétendu que cette tour avait servi de tour à signaux, correspondant avec celle d’Aubignosc et avec une autre située à Montfort. On a dit également qu’elle communiquait par un souterrain avec l’église Saint-Martin située aujourd’hui dans le cimetière. Nous ne possédons aucune preuve ni de l’une ni de l’autre de ces deux affirmations.

Plus prosaïquement, on sait que la tour a servi de paratonnerre ce qui semble bien plus plausible.

La tour de l’horloge

L'horlogeLa seconde tour est de construction plus récente. Elle date du XVIe siècle et semble avoir toujours abrité l’horloge communale : la relogi en provençal. Une délibération du 7 janvier 1601 nous apprend que : « Les syndics donnent la conduite et gouvernement du relogi à Daniel Guigues pour 4 escuts et pour un an ». Quatre-vingt ans plus tard, une délibération du 19 mai 1681 « donne à prix-fait d’accomoder l’horloge et d’y mettre une réplique ».

D’autres répliques durent être installées au cours des temps car l’horloge actuelle ne date que du XIXe siècle et donne toujours l’heure exacte aux villageois. L’intérieur rappelle celui d’un colombier de forme carrée sauf qu’il n’y a pas de boulins. Plusieurs échelles en bois permettent d’atteindre les paliers successifs de la tour jusqu’au sommet où se trouve le mécanisme de l’horloge qui semble fonctionner aujourd’hui à l’électricité si on en juge par la présence d’une ligne électrique.

Le sentier Heyriès

Un sentier permet d’accéder aux deux tours dans les meilleures conditions possibles. Il a été aménagé grâce à la générosité de Paul Heyriès à laquelle une plaque rend hommage depuis octobre 1983.

Plaque Paul Heyriès

Le tour de Tigne

Tigne est le nom d’un sommet rocheux qui se dresse non loin de là vers le nord. Le chemin part des deux tours et traverse la forêt des Pénitents avant d’atteindre le sommet et de redescendre par le ravin de la Grave.

Chemin de Tigne

Ouvrage consulté pour la rédaction de cet article :

Volonne, sa géographie, son histoire, Camille Raymond, d’après l’oeuvre manuscrite de Pierre Donnadieu, secrétaire de mairie à Volonne. Forcalquier, Imprimerie Testanière, 1961

Sur internet :

La tour de guet de Volonne sur le site Fondation du Patrimoine

Les tours de Volonne et la balade du sommet de Tigne sur le site Balade en Provence

©copyright randomania.fr

Ce contenu a été publié dans * 04, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *