Archéologie de l’aqueduc romain de la Traconnade d’après ses vestiges

Les sources

D’après l’association Peyrolles Rétro, le début de l’aqueduc serait visible depuis le chemin de la Palunette, à Bastide Thénoux, sous forme d’une petite entrée taillée dans le roc mais plus de trace de la prise d’eau. Voir le montage Dailymotion sur les vestiges

Canal

image02.jpgIMG_8828.JPGLe premier vestige taillé en plein rocher, ce qui est assez rare dans le monde romain, est proche de la prise d’eau, en bordure de route. Précédé de socles rocheux, il devait comporter un aménagement spécial. L’intérieur du canal est en bon état. Par endroit les concrétions ont disparu, laissant apparaître des pierres taillées en grand appareil. IMG_8830.JPGPour avoir les mains libres pour travailler, les ouvriers posaient leur lampe à huile dans des petits logements creusés dans la roche à intervalles réguliers. La circulation dans le radier1 y est possible sur plusieurs dizaines de mètres, la hauteur du canal étant d’1m60 environ.

le soubassement des piédroits, construits et s’appuyant à certains endroits au-dessus de la roche taillée au niveau du radier.

Particularités observées :

  • le soubassement des piédroits, construits et s’appuyant au-dessus de la roche taillée, au niveau du radier.
  • Un passage étonnant, où l’on trouve successivement l’aqueduc construit entièrement, puis un passage sous une voûte taillée dans la roche, et au bout de quelques mètres, à nouveau la construction. On sait que les ouvrages de type ‘tunnel’ étaient creusés par deux équipes allant  à la rencontre l’une de l’autre (exemples célèbres en Algérie à Saldae, et sur l’aqueduc du Gier) selon les principes de Vitruve.

IMG_8562.JPGIMG_8673.JPGLe plus souvent, sur Peyrolles et Jouques, les vestiges sont des voûtins (portion de voûte) en claveaux, variables en nombre, qui émergent du sol, à peine visibles mais permettent de marquer le tracé de l’aqueduc.

Regards de visite

Eléments essentiels pour la construction d’un aqueduc, ces derniers – appelés alors puits sur les tunnels –  servirent au moment de la construction, à déterminer le tracé, à vérifier le niveau de la pente, à dégager les déblais et à ventiler les ouvriers ; l’aqueduc en usage, ils permirent son accès afin d’assurer l’entretien de l’ouvrage. JC Litaudon

IMG_8564.JPGDe nombreux regards2 permettent de contrôler ou de nettoyer la conduite ; rectangulaires, bordés de parois en petit appareil, ils sont toujours soigneusement voûtés en claveaux3, le plus souvent placés de façon régulière tout le long du parcours, tous les 72 mètres ce qui correspondrait à deux actus4, par analogie avec les principes énoncés par Vitruve et Pline l’Ancien (37 à 79 ap, livre XXXI, ch. XXXI) […]: « …il faudra faire des regards de visite tous les deux actus« .
Cette règle a été appliquée à l’aqueduc du Gier à Lyon, en effet une recherche systématique, depuis 1980, en a permis le recensement de près de 90 à ce jour, tous de plan rectangulaire. Selon J.C. Litaudon, ils sont de deux types, en alternance, de petit module (largeur du canal, 0,60 approx.), de grand module (90 x 90), ces derniers ayant un fond plus bas que le radier1 du canal, bac destiné à récupérer les sédiments ; les intervalles entre eux, vont de 68 à 80 m. Mais en zone plane et linéaire, les intervalles sont alors proches de 77m, deux actus romains de 120 pieds.

Ils peuvent être placés également à proximité de points sensibles du parcours comme les ponts de franchissement de vallons. A la verticale de ces regards, on peut observer sur plusieurs aqueducs romains  des bacs de décantation pour piéger les fines (impuretés véhiculées par le flux) : cela ne semble pas être le cas de la Traconnade.

IMG_8681.JPGDes encoches – opes5 – creusées dans les parois pour l’emplacement d’échafaudages facilitent l’accès au conduit durant la construction. Mais n’étant pas situées en vis à vis, il devait y avoir un autre dispositif mobile pour descendre au niveau du canal.
Le regard le plus difficile d’accès, est profond de plus de 2m ; les opes en vis à vis, sont bien visibles. Un morceau de la dalle de couverture se trouve probablement dans le fond.

Tableau et photos des vestiges de l’aqueduc de Gier, Groupe archéologique Forez-Jarez

Enduits

image17.jpgimage01.jpgLes parois étaient à l’origine recouverte d’un enduit d’étanchéité de nature variable, d’un à deux centimètres d’épaisseur, parfois teinté en rouge.  L’enduit hydraulique encore appelé opus signinum, est vulgairement appellé tuileau ; à base de chaux, sable et brique écrasée, cette dernière pouvant localement être remplacée par de la pouzzolane ; malaxé avec l’eau, il  devient  hydrofuge, très dur après séchage.

Dépôts de calcite

ConcrétionsEn région karstique, comme c’est le cas ici, se surajoutait un dépôt laminé de calcite, ou travertin  ou sinter (environ 1 centimètre par an) qui menaçait d’obstruer la lumière du canal avec le temps, et nécessitait un entretien régulier par grattage laissant des traces encore visibles. Ces dépôts avaient en plus l’inconvénient d’alourdir considérablement la structure des ponts-aqueducs. L’épaisseur de ce dépôt est ainsi un élément d’appréciation du temps de fonctionnement de l’aqueduc…  quand il n’a pas été modifié. M. Royon

L’épaisseur des concrétions observée au niveau du plus profond regard (quartier Notre Dame d’Astor), plus importante qu’ailleurs, laisse supposer que cette partie du canal a été réutilisée.

Pont-aqueducs

IMG_8839.JPGIMG_8547.JPGQuant aux pont-aqueducs, il ne reste que la base des piles comme dans le vallon de l’Oume à Peyrolles ou Réclavier à Meyrargues. Les piles de pont et les murs sont construits extérieurement avec les pierres en petit appareil assisé, en coffrage, et entre les murs ainsi construits, le remplissage est effectué en blocage avec du mortier et des pierres diverses (l’opus caementicum) pour les solidifier.
Ces ponts-aqueducs étaient le point faible des aqueducs en région méditerranéenne caractérisée par des orages violents ; les crues destructrices pouvaient emporter à distance, même les éléments les plus lourds de ces constructions, souvent alourdies par des concrétions pariétales internes de calcite. Cela expliquerait l’absence de vestiges du pont de Barême et la présence d’énormes blocs rocheux.

Photos des concrétions sur l’aqueduc de Fréjus

L’aqueduc à Meyrargues

aqueduc_meyrargues.jpgTrois arches d’un pont aérien se trouvent sur la commune de Meyrargues, non loin du pas de l’Etroit. Quelques photos des fouilles réalisées à Meyrargues (patience, chargement long…) sur le site de la DRAC PACA

Traianus (inscription gratuite), site dédié aux aqueducs romains

Présentation générale Les aqueducs romains d’Aix-en-Provence dans ce blog

Carte googlemap des vestiges de l’aqueduc romain de la Traconnade

Photos des vestiges prises autour des années 1980 (DRAC)

Je remercie très sincèrement J.C. Litaudon du Groupe archéologique Forez-Jarez, M. Royon spécialiste de l’aqueduc de Fréjus, qui ont accepté de relire et apporter les informations techniques sur l’aqueduc de la Traconnade suite à leur visite des 13-14 juin 2011.
Je remercie également M. Balalas qui a organisé avec beaucoup de générosité la visite sur place.

blsqr05.gif

Schéma wikipedia M.Royon

1radier, partie horizontale où circulait l’eau, entre les côtés, appelés piédroits (piédroit gauche – piédroit droit)
2 regard : point d’accés destiné à l’entretien, ou à la construction lorsque que le canal est enfoui en tunnel
3claveaux : les claveaux sont les pierres taillées en biseaux qui forment un arc ou une voûte
4un actus équivaut à 120 pieds de 0,2957 m, soit #35,48 m
5ope : ouverture dans un mur destiné à recevoir une poutre, une solive, un chevron, un boulin, etc.

©copyright randomania.fr

Ce contenu a été publié dans * 13, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Archéologie de l’aqueduc romain de la Traconnade d’après ses vestiges

  1. lerda frédéric dit :

    Bonsoir,
    passionné d’antiquité je voudrais savoir s’il serait possible d’avoir le tracé complet sur la carte de l’aqueduc tunnel et de connaitre son historique, quelle date de construction sous quel empereur, j’habite Peyrolles et j’aimerais prendre rdv avec un guide afin de visiter les tunnels dégagés, merci…
    [ndlr] réponse par mail perso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *